Six exemples de restructuration de la gouvernance régionale du développement social et territorial au Québec

Chaire de recherche du Canada en organisation communautaire (CRCOC)

Les auteurs: 

  • Gédéon Verreault, étudiant à la maîtrise en Études et interventions régionales à l'Université du Québec à Chicoutimi et assistant de recherche à la Chaire de recherche du Canada en organisation communautaire (UQO).
  • Denis Bourque, professeur titulaire au Département de travail social de l'Université du Québec en Outaouais. Il est également titulaire de la Chaire de recherche du Canada en organisation communautaire.

Les régions du Québec vivent actuellement de grandes transformations au niveau de leur gouvernance suite à l'adoption de la Loi concernant principalement la mise en œuvre de certaines dispositions du discours sur le budget du 4 juin 2014 et visant le retour à l'équilibre budgétaire en 2015-2016 (Projet de loi 28).

Celle-ci a aboli les Conférences régionales des élus (CRÉ) qui structuraient la gouvernance régionale de l'action publique ainsi que les rapports de concertation entre l'État et les communautés territoriales. Elle touche donc au premier chef les élus municipaux et la société civile.

Cette Loi a aussi donné plus de responsabilités aux municipalités régionales de comtés (MRC), principalement celles du développement local et régional, mais aussi la possibilité d'intégrer à leur administration les ressources de soutien au développement économique.

Dans ce document, les auteurs présentent la façon dont les acteurs de six territoires du Québec sont intervenus afin de restructurer leur gouvernance régionale. Il s'agit de:

  • L'Abitibi-Témiscamingue,
  • Le Bas-Saint-Laurent,
  • Charlevoix,
  • La Gaspésie-Iles-de-la-Madeleine,
  • Lanaudière,
  • La Vallée-du-Haut-Saint-Laurent 

 Lire_la_publication

Nous voulons

« Nous voulons » est une courte vidéo qui traduit en images la volonté, chaque jour renouvelée, qui nous anime : celle de prévenir la pauvreté pour le bien-être des générations futures au Québec.

LA FONDATION
LIGNE DU TEMPS