Une mise au point s’impose!

Réponse au reportage de Radio-Canada dressant un bilan des partenariats Québec en forme et Avenir d'enfants

Le 14 mars 2016, le Téléjournal de Radio-Canada/RDI a diffusé un reportage portant sur les partenariats entre la Fondation Lucie et André Chagnon et le Gouvernement du Québec ayant permis la mise sur pied d'Avenir d'enfants et de Québec en forme. Le reportage fait état de critiques d'organismes communautaires quant aux frais administratifs; il témoigne d'une certaine insatisfaction quant à la lourdeur administrative et, jusqu'à un certain point, remet en question l'existence même de ces fonds. Il nous apparaît opportun de faire une mise au point et de rétablir la vérité sur certains faits énoncés dans le reportage du journaliste M. Hugo Lavallée.

Pour mémoire, rappelons qu'Avenir d'enfants souhaite contribuer, par le soutien à la mobilisation des communautés locales, au développement global des enfants âgés de cinq ans et moins vivant en situation de pauvreté afin que chacun d'eux ait toutes les chances d'avoir un bon départ dans la vie.
Durée de l'entente avec le Gouvernement : 2009-2019.

Québec en Forme, quant à lui, entend mobiliser les personnes et toute la société québécoise pour agir en faveur de l'adoption et du maintien d'un mode de vie physiquement actif et d'une saine alimentation, essentiels au plein développement des jeunes Québécois.
Durée de l'entente avec le Gouvernement : 2002-2017.

Des frais administratifs en deçà de 10%

Depuis le début de leurs activités, Avenir d'enfants et Québec en Forme sont tenus d'avoir des frais d'administration inférieurs à 10 % et les deux organismes respectent cette directive. Or, le reportage de Radio-Canada laisse entendre que les frais administratifs sont trop élevés, les situant à un peu plus de 50 %. Ce qui est faux.

Les chiffres ont été mal interprétés et ont fait l'objet d'une reclassification pour le moins discutable. Il est inacceptable que le reportage ait présenté comme frais administratifs des sommes qui ont été versées pour soutenir le travail qui s'effectue sur le terrain. Mentionnons, par exemple, les subventions aux communautés autochtones, celles versées aux organismes communautaires partout au Québec et les sommes versées pour le développement d'outils utilisés par les intervenants proches des enfants et de leur famille. Si une partie des employés assure effectivement le suivi administratif, la majorité d'entre eux agissent sur le terrain, dans toutes les régions du Québec, en apportant leur expertise pour accompagner les communautés et leur assurer un soutien de proximité. Ces agents répondent aux besoins exprimés par les milieux soutenus.

Un taux de satisfaction des partenaires de 90%

Principalement à leurs débuts, les deux partenariats novateurs ont fait l'objet de critiques. Sensibles aux commentaires qui leur étaient faits, Avenir d'enfants et Québec en forme ont constamment cherché à s'ajuster. C'est d'ailleurs dans cette optique que, dans un souci de bonification continu, Québec en Forme a mené auprès de ses partenaires un sondage de satisfaction. Celui-ci a révélé, en 2015, que plus de 90 % des personnes interrogées se sont dites satisfaites de leur relation avec l'organisme et du soutien reçu. Le reportage ne fait pas mention de ces sondages qui avaient pourtant été remis au journaliste. On ne peut nier l'existence de critiques, mais elles ne représentent pas l'opinion de la majorité des partenaires. Nous aurions apprécié qu'elles soient mises en contexte et que le reportage ait été représentatif et équilibré sur ce point, alors que toute l'information pertinente avait été remise au journaliste.

Nous sommes très fiers de contribuer au développement des jeunes enfants et à la promotion des saines habitudes de vie. Partout au Québec, nous soutenons aujourd'hui, avec le gouvernement du Québec, 131 regroupements locaux de partenaires pour Avenir d'enfants et 163 pour Québec en Forme. Depuis maintenant 16 ans, nous soutenons aussi plusieurs autres projets qui contribuent à la réussite éducative des jeunes au Québec pour prévenir la pauvreté. Nous y travaillons tous les jours et nous continuerons à y contribuer.

29 mars 2016

Nous voulons

« Nous voulons » est une courte vidéo qui traduit en images la volonté, chaque jour renouvelée, qui nous anime : celle de prévenir la pauvreté pour le bien-être des générations futures au Québec.

LA FONDATION
LIGNE DU TEMPS










Merci de votre aide pour améliorer nos contenus

Poursuivre la navigation